LuxeMag

Fashion Week – Quand les grandes maisons de luxe révolutionnent le podium

Publié le 24 Mars 2014

Qu’est ce qu’un défilé de mode aujourd’hui ? Prend-il la même définition qu’il y a 50 ans ou ce concept a-t-il muté vers un nouveau genre, plus inattendu, plus moderne, plus technologique, plus créatif ? Installons-nous dans une petite rétrospective pour y voir plus clair !

Le concept de défilé de mode existe depuis plusieurs décennies et plus exactement depuis le 19ème siècle, quand le créateur Charles-Frédéric Worth, l’un des pionniers de la Haute Couture décide de faire le tout premier défilé de l’histoire en faisant porter ses collections par de vrais mannequins et en les faisant défiler dans des prestigieux salons. C’est ici que l’histoire commence.

Plus tard, d’autres couturiers comme Yves Saint Laurent s’attaqueront au concept en explorant de nouvelles pistes pour que les défilés soient toujours plus prestigieux, toujours plus originaux pour mettre en avant leurs collections de la façon la plus brillante qu’il soit, afin que celles-ci marquent les esprits. Car après tout, n’est ce pas là le but d’un défilé de mode ? C’est dans les années 1970 que la Semaine de la Mode ou son anglicisme « Fashion Week » sera instaurée à Paris pour la première fois. Et c’est ainsi que nous recensons aujourd’hui plus de 140 Fashion Weeks à travers le monde, dont celles d’Hongkong, Barcelone, Stockholm ou encore Bombay.

Ces « Fashion Weeks » qui se produisent par collection dans l’année sont toujours le moyen pour les couturiers d’éblouir et de créer le buzz et c’est donc pour cette raison que nous observons aujourd’hui une réelle évolution des tendances dans la théâtralisation de ces évènements.

La dernière Fashion Week de Février et Mars 2014 n’a pas manqué d’éblouir la sphère « modistique » par ses scénographies toujours plus créatives et originales. L’un des défilés notables ayant osé l’innovation et très probablement contribué à faire la différence est celui de Fendi, qui présentait dernièrement sa collection Automne-Hiver 2014, dessinée par Karl Lagerfeld à Milan. La maison, connue pour son innovation et sa créativité a réussi à surprendre ses invités par la présence de 3 drones vrombissant au dessus du podium afin de filmer le défilé sous tous ses angles et de permettre sa diffusion en live streaming. “Ces drones nous permettent une fois encore d’être des pionniers et de nous projeter dans le futur”, a expliqué Pietro Beccari, président de FENDI. Le but de la marque était donc non seulement de permettre d’accéder à une large audience de e-spectateurs mais également de s’affirmer et se positionner en tant que pionner dans cette démarche digitale, car comme ils l’ont bien compris, sera de plus en plus employées par les couturiers dans l’avenir.

La marque Kenzo a également sorti le grand jeu lors de la présentation de leur collection femme automne-hiver 2014 à Paris en faisant appel au cinématographe David Lynch pour construire un univers hors du commun. La scénographie était emprunte d’étrangeté et de cynisme tout en restant très colorée avec pour principale élément du podium une sculpture géante d’un bébé criant. La marque a joué avec les lumières, les volumes des sons et les motifs pour faire vibrer son audience tout au long du défilé.

Une autre maison très attendue de cette Fashion Week était surement Chanel, qui, cette année, a imaginé un décor de supermarché pour faire défiler sa dernière collection Automne Hiver 2014 à Paris. Le Grand Palais s’est transformé le temps du passage de la marque en laissant s’installer des rayons de véritable supermarché accueillant différents produits griffés Chanel : Eau Minérale, Boites de Mouchoirs, Boites de Conserve etc. Le défilé, bien que laissant l’opinion mitigée, a eu le mérite de créer le buzz, ce qui était exactement l’effet recherché par Karl Lagerfeld.

Dans le rayon « Fast Food », nous avons également la marque Moschino dont le designer américain Jeremy Scoot a eu l’idée provocatrice de détourner le logo du célèbre « McDonald’s » dans des habillements toujours plus créatifs et humoristiques. Une collection à l’effigie de Bob l’Eponge a également été créée. La marque a donné la possibilité aux invités d’acheter presque immédiatement une partie de sa collection « on-line », une autre initiative majeure prise par le créateur.

Sur un autre continent, à New York, c’est Alexander Wang qui aura beaucoup fait parler de lui avec son défilé au décor futuriste à Brooklyn, ses mannequins androgynes et masculines et sa collection de vêtements sensibles à la chaleur dont la couleur se ravive et s’intensifie sous le feu des projecteurs. Il a laissé ses spectateurs conquis et impressionnés et nous rappelle avant tout qu’il est un « avant-gardiste » de la mode, comme en témoigne la plupart de ses collections.

Cette dernière Fashion Week aura donc apporté son lot de nouveautés, et ce, pour le plus grand plaisir des « aficionados » de la mode. Les innovations et créativités des designers de grandes maisons nous laissent à penser que l’évolution est en marche… Innovations technologiques, scénographies futuristes,
décors loufoques, quel sera l’objet du prochain buzz et surtout QUI sera l’objet du prochain buzz ? Nous vous donnons rendez-vous en septembre prochain pour le découvrir…

Plein Écran Images Commentaires Archives